image

29ème Foire de Printemps à Soye

Soye, 379 habitants, accueillait le samedi 28 mars 2015 la 29ème édition de la Foire de Printemps.
Ecrit le 31/03/2015


" LA FOIRE DE SOYE, c’est quasiment une institution : on se presse de loin pour y participer, à titre d’exposant ou en simple badaud. Difficile d’estimer le nombre de visiteurs, car l’entrée est gratuite.
Mais cette manifestation est très prisée parce que c’est la première foire de l’année et que, comme son nom l’indique, elle sonne le retour du printemps !

« La foire de Printemps de Soye, on ne peut pas la manquer ! », confirme Jean-Marie, un fidèle depuis de nombreuses années. Ce commerçant non-sédentaire vend depuis trente ans chapeaux et casquettes sur les marchés et les foires de la région.

Un métier difficile, exigeant, qui impose de souffrir les aléas de la météo et impose de parcourir des dizaines de milliers de kilomètres chaque année. Mais, à 61 ans, Jean-Marie a choisi de lever le pied : « Il ne faut pas être stupide quand même. Il ne s’agit pas que ça coûte plus que ça ne rapporte ! », confie le professionnel, confronté au déclin d’une activité qui souffre de la concurrence des fabricants de l’Asie du Sud-Est.
« Bien sûr, ce n’est pas la même qualité, mais les jeunes s’en fichent. Ce qu’ils regardent, c’est le prix… ou la marque ».
Si le chapeau conserve un certain prestige auprès d’un public ciblé, dans le monde équestre notamment ou parmi les inconditionnels du Borsalino ou de l’indétrônable Panama, il n’en va pas de même pour la casquette classique en tissu, symbole de la papy-génération. Un article que boudent les jeunes. « La casquette bombée a connu un certain succès auprès de jeunes branchés il y a cinq ou six ans, puis c’est retombé », regrette Jean-Marie, qui ne s’attendait pas, hier, à une recette miracle.
Michel non plus, qui se désolait de son emplacement tout en bas de la rue de la Crau, peu fréquenté par le public. Pourtant, il avait déballé ses plus belles productions sur son étal à l’enseigne des Cuirs du Moulin : « Sacs, ceintures, sabots sont fabriqués dans nos ateliers », assure ce professeur de philo reconverti en parallèle dans le cuir artisanal depuis quarante ans. Un peu plus haut, Michel et Loïc ont installé leurs cages dans lesquelles évoluent quelques poules, pigeons, lapins.
« Les gens se passionnent de plus en plus pour les poules », se réjouissent les deux éleveurs amateurs.


Œufs au lard : un record !

En tout, une centaine de commerçants et artisans ont fait le succès de cette foire, complétée par un vide-greniers animé par une quarantaine d’exposants.
Les deux ruelles de ce village de 379 âmes étaient noires de monde dès le début de la matinée : c’est que pour rien au monde, les connaisseurs ne manqueraient la traditionnelle dégustation d’œufs au plat au lard.
225 ont été servis hier au petit-déjeuner, un record !
À midi, 250 convives ont dégusté la choucroute servie à la salle des fêtes et, le soir, la friture a remporté le même succès.
De quoi faire chaud au cœur à la nouvelle équipe du comité des fêtes présidée par le premier adjoint, Thierry Fournier.

Il salue le soutien du maire François Ciresa et le dévouement des quelque 60 bénévoles, tous plus aimables et souriants les uns que les autres : ça va de… Soye ! "

Article de José GONZALVEZ tiré de www.estrepublicain.fr



Les commentaires

Pour ajouter un commentaire vous devez être connecté.
Retour aux articles

A propos de l'auteur
Réseaux sociaux
Diffusez cet article sur les réseaux sociaux....
2014 - Création Origami Solution - Mentions légales